Interrompre les recrutements à cause du coronavirus ? Hors de question ! Bien que la crise actuelle ait fait naître de nouveaux défis inattendus, QbD n’est pas du genre à se laisser intimider. Afin de pouvoir continuer à servir nos clients, notre département RH met tout en œuvre pour maintenir nos Jobdays, les entretiens et les signatures de contrat, le tout dans le plus grand respect des mesures liées au COVID-19. Il en va de même pour l’entrée en fonction des nouveaux venus. Il y a deux semaines, juste après l’annonce des consignes gouvernementales strictes, Katrien Coppens vivait sa première journée de travail – certes, de manière peu conventionnelle…

Katrien Coppens a rejoint l’équipe Back Office de QbD et est principalement en charge de questions financières. Son entrée en fonction est une aventure qu’elle n’est pas près d’oublier. « C’est sûr que je n’avais pas imaginé les choses ainsi », raconte Katrien. « J’ai pu rencontrer rapidement mes collègues des RH en personne, tout en veillant à maintenir une distance d’au moins un mètre cinquante, bien entendu. 😉 Mais lorsque les mesures renforcées liées au coronavirus ont été annoncées, j’ai quitté le bureau avec mon matériel sous le bras pour démarrer ma carrière au sein de QbD depuis chez moi. Mon département – à l’instar des autres équipes de QbD – commence toujours la journée par une réunion virtuelle. Cela permet normalement d’assurer une collaboration aussi fluide et agréable que possible, mais dans mon cas, c’était le seul moyen d’apprendre à connaître quelques-uns de mes nouveaux collègues ! »

Partage de connaissances

QbD accorde bien plus d’attention à l’accueil des nouveaux travailleurs et à la collaboration que cela. L’organisation basée sur le savoir se concentre en permanence sur l’acquisition et le partage des connaissances au sein de l’entreprise tout entière – coronavirus ou pas. Il est donc tout à fait logique que QbD poursuive ses formations internes, par exemple. Katrien : « Cela signifie que je suis formée aussi sérieusement que je l’aurais été en temps normal. Je dispose même d’un programme de formation personnalisé, dans le cadre duquel un membre de l’équipe me présente tout ce qui touche à un sujet bien précis, souvent lors de séances de deux ou trois heures. »

Le #QbDream se poursuit

Elly De Bruyn, HR Director de QbD : « Débuter un nouveau chapitre de votre vie professionnelle sans rencontrer vos collègues en personne ni même leur serrer la main est clairement assez inhabituel. Notre entreprise préfère assurément une approche plus chaleureuse et personnelle, mais pour l’heure, les choses sont ce qu’elles sont et nous ne laisserons pas la situation actuelle détruire notre #QbDream. C’est dans notre ADN : nous nous entraidons toujours quand quelqu’un a une question. Bon, en ce moment, on le fait à distance, mais c’est pareil. 😉 Il suffit d’un clic pour lancer une réunion numérique, même si c’est simplement pour partager une plaisanterie. »

Elly d’ajouter : « Il faut travailler dur, mais il faut aussi savoir s’amuser. Nous utilisons donc désormais la technologie moderne pour répandre la joie et la bonne humeur. Saviez-vous que QbD organise depuis toujours un « Monday noon bootcamp » au siège ? Eh bien, nous n’avons pas envisagé une seule seconde de l’annuler : nous l’organisons juste virtuellement – merci à Personal pour la flexibilité –, ce qui a permis d’attirer encore plus de participants. En partie, mais pas seulement, en raison des enfants et partenaires des collègues qui se joignent également à nous. »

La semaine dernière, Katrien a participé au Monday noon bootcamp pour la première fois.

« Cela m’a immédiatement donné un avant-goût de l’ambiance qui règne chez QbD ! Mais la joie que l’entreprise véhicule ne s’arrête pas là, même en cette période de coronavirus : je pense par exemple à mon premier e-péro avec l’équipe des RH et au défi photo “#TeamQbD versus Corona”. Ce dernier encourage tous les collègues à partager des photos de leur situation de travail, donnant souvent lieu à des clichés hilarants : des enfants qui demandent de l’attention, des chats installés sur les genoux, ce genre de choses. »

Rejoignez la #QbDreamTeam

QbD n’est pas du genre à se tourner les pouces. Donc même en ces temps difficiles, nous restons l’entreprise dynamique – et le partenaire fiable pour nos clients et nos employés – que nous avons toujours été. Bien que la technologie soit l’outil qui rende tout cela possible, à la fin de la journée, elle n’est rien de plus qu’un outil. Ce qui fait la différence ? C’est le leadership, une culture d’entreprise saine et la mentalité exceptionnelle de tous les collaborateurs de QbD !

  • Vous aimeriez rejoindre notre #QbDreamTeam ? Vous aurez sûrement remarqué que ce n’est pas le coronavirus qui va vous empêcher de postuler chez QbD. Consultez nos offres d’emploi ou envoyez-nous votre CV via jobs@qbd.eu !

L’autre conférence qui était au programme pour les étudiants en ingénierie biomédicale à l’université de Liège a été une expérience nouvelle, tant pour les professeurs que pour les étudiants. La distanciation sociale a été garantie à l’aide d’un webinaire et d’une connexion Internet sophistiquée en fibre de verre.

Depuis le siège de QbD, Michelle Heirbaut a présenté aux étudiants les principes de base et les critères de la norme du système de gestion de la qualité (SGQ) pour les dispositifs médicaux : l’ISO13485:2016. Parler à un public que vous ne pouvez pas voir nécessite un peu d’imagination et un certain sens du timing de la part de l’enseignant.

Une petite pause de midi a permis à tout le monde de manger un morceau, de boire une goutte et de se désinfecter. Après la pause, Steven Vinkx a appliqué les connaissances acquises en matière de SGQ à sa formation Audit. Les exemples tirés de la vie réelle ont déclenché de nombreuses réactions chez les étudiants. Dans l’ensemble, nous avons senti qu’ils avaient une bonne connaissance des principes de qualité requis et que les séances pouvaient être considérées comme un test réussi pour les formations QbD à distance.

Après les vacances de Pâques, les cours continueront en ligne avec pour commencer la formation d’un jour « Route to CE marking », qui sera cruciale pour tous les futurs ingénieurs (en dispositifs) biomédicaux.

Vous cherchez la formation parfaite ? Découvrez notre portfolio de formations ! Nous pouvons également mettre au point une formation personnalisée en fonction de vos besoins.

Bonjour, je m’appelle Frederick Tison. J’ai 26 ans et voilà trois ans que je travaille chez QbD. J’occupe actuellement la fonction de spécialiste des matières premières pour un client. Avec mon collègue Tijs Van Den Berghe, je suis responsable de définir les spécifications pour les matières premières achetées par le client. Nous nous assurons qu’elles répondent toutes aux caractéristiques de performance et qu’elles sont sans danger (contrôle des taux de produits chimiques à l’état de traces).

7 h 30 : Mon réveil sonne. Je suis du genre à me lever sur-le-champ, donc je saute hors du lit et prends le repas le plus important de la journée. Après avoir déjeuné, je me rends en courant au bureau, qui se trouve à… trois mètres. Comme je suis en bonne forme physique, je transpire à peine – pas besoin de prendre une douche !

9 h : À 9 h précises, mon équipe – qui se compose de mon chef Daniel et de mes collègues de QbD Tijs, Karina, Annemie et Sabine – procède à l’« appel corona » quotidien. Nous voyons comment chacun se sent, physiquement et mentalement, et nous nous tenons informés de ce que nous avons fait la veille et de nos projets actuels.
Au cours de la journée, nous partageons aussi des blagues idiotes ou des vidéos par e-mail ou Skype pour préserver la bonne humeur et répandre la joie en ces temps si particuliers.

10 h : Étant donné que notre client fabrique des produits d’hygiène personnelle essentiels, nos usines poursuivent la production afin de pouvoir continuer à approvisionner nos clients, en particulier les hôpitaux et les maisons de retraite. Nombre des autres collaborateurs télétravaillent, ils lisent et traitent par conséquent mes e-mails plus rapidement. Ce qui est une très bonne chose, si vous voulez mon avis.

11 h : Nos réunions physiques font place à des appels Skype, donc entre deux e-mails, j’appelle brièvement Tijs pour voir lequel de nous va se charger de quelles tâches. Il revient de vacances et ne peut pas sortir de chez lui, son ordinateur de travail est donc toujours au bureau. Il n’a de ce fait pas accès à tous les fichiers, donc quand il a besoin de quelque chose sur le serveur, je télécharge les documents et lui envoie ! C’est ça aussi la solidarité en ces temps difficiles.


12 h 30 : J’ai emménagé chez les parents de ma copine avant le début des mesures de confinement pour éviter d’être seul chez moi pendant toute cette période d’isolement. Je ne mange donc pas tout seul ! C’est l’heure du deuxième repas le plus important de la journée : le dîner.

13 h 30 : Tijs et moi avons un appel avec l’un des sites de production de notre client pour discuter de problèmes liés aux matières premières. Nous essayons de résoudre les problèmes majeurs en définissant de nouvelles spécifications ou en modifiant des spécifications existantes.

14 h 30 : Je prépare des versions préliminaires pour les spécifications qu’il faut envoyer au fournisseur et qu’il doit remplir. Plus tard dans la semaine, nous organiserons un appel avec ce dernier pour discuter de toutes les questions qu’il pourrait avoir.

17 h : Place au sport ! Étant donné que seule l’équipe olympique belge, dont je ne fais pas (encore) partie, est autorisée à ramer à l’extérieur, j’ai trouvé une alternative. J’ai le choix entre une séance sur le rameur ou un tour à vélo dehors. Comme il fait beau, ce sera du vélo ! (Tout seul bien sûr.) De cette façon, j’accumule également des kilomètres pour le classement de l’équipe cycliste QbD sur Strava. Je viens de remarquer que Bart, notre chef, a parcouru 60 kilomètres hier, donc je décide d’en faire 70 – c’est littéralement ce qui s’appelle aller plus loin !

19 h 15 : Après une agréable randonnée, je meurs de faim. Par chance, il est enfin l’heure de passer au troisième repas le plus important de la journée : le souper. Je passe le reste de la soirée à skyper avec ma famille et mes amis pour savoir comment ils passent leur temps en cette période d’isolement.

Tant que les mesures liées au coronavirus resteront d’application, l’équipe de recrutement de QbD continuera à télétravailler. Mais grâce à la technologie moderne et à notre mentalité d’agisseurs, ça ne change pas grand-chose chez QbD ! Vous vous demandez à quoi ressemble une journée de travail pour nos recruteurs Tim et Karen ?

Debout ! Karen aime commencer sa journée en regardant les choses sous un autre angle. Qui sait, c’est peut-être plus facile pour avoir une idée de génie…

8 h : Tim préfère une matinée en douceur. Pendant qu’il consulte ses e-mails, il savoure un petit déjeuner sain pour assouvir sa faim : du yaourt garni de fruits – une idée qui lui vient de ses collègues féminines aux RH très branchées santé.

9 h : C’est l’heure de la réunion ! Tous les jours, notre dream team RH se réunit virtuellement pour passer en revue les activités en cours et lancer de nouvelles initiatives. Karen et Tim font le point avec Hannah et Julie, leurs collègues RH, et Elly, la directrice RH. Comme vous pouvez le voir, ils combinent travail acharné et partie de plaisir !

10 h : Par le biais de LinkedIn, un profil senior intéressant souhaite en savoir plus à propos de QbD. Karen passe immédiatement à l’action et prend son téléphone pour une petite conversation. La prochaine étape ? Un entretien en face à face via Skype, qu’elle planifie sur-le-champ dans l’agenda.

11 h : Tim (vêtu bien sûr de son pull QbD) et Hannah mènent un entretien par appel vidéo avec un candidat qui a postulé pour la fonction de Quality Management Consultant via le jobsite. Une discussion à la fois plaisante et intéressante, suivie d’une présentation complète de QbD

13 h : Karen et sa collègue du moment Laska décident de sortir prendre l’air.

14 h : Via Teams, Tim et Simon, Account Manager, discutent d’un nouveau projet pour l’un de nos clients. Tim a trouvé le candidat idéal, il convient donc d’agir rapidement !

15 h : Le meilleur moment de la journée de Karen ! Un candidat idéal à qui l’on a offert un contrat la semaine dernière a officiellement confirmé qu’il acceptait notre proposition. La signature du contrat se fait par appel vidéo et Karen accueille notre nouveau collaborateur QbD avec une poignée de main virtuelle.

16 h : Karin et Tim apportent la touche finale aux préparatifs des Jobdays QbD destinés aux jeunes diplômés, qui auront lieu en avril. Le format proposé en janvier a dû être légèrement adapté en raison de la situation actuelle. Nous organiserons donc l’événement à distance plutôt que de l’annuler.

17 h : Tim appelle avec enthousiasme un autre candidat pour lui faire une proposition de contrat. QbD poursuit sa croissance, même en ces temps difficiles !

  • Vous voulez évoluer avec nous ? Comme nous l’avons déjà dit, nous continuons à chercher de nouveaux talents. N’hésitez donc pas à consulter nos offres d’emploi et à nous envoyer votre CV.

Comment QbD intègre le play à son credo « Work, play, deliver » – partie 1

Un beau jour, Martijn, l’un des directeurs associés de QbD, a pris une excellente résolution. Il n’était pas exactement le plus grand des sportifs et il voulait que ça change. N’importe qui serait simplement allé acheter une paire de baskets ou aurait pris un abonnement à la salle de sport, mais Martijn a décidé d’aller tout de suite plus loin : il a fait appel à un coach personnel.

Malgré les compétences du coach, les résultats n’ont pas été au rendez-vous… Le problème venait uniquement de la motivation de Martijn, qu’il avait perdue quelque part entre la sixième et la neuvième pompe de sa première séance d’entraînement. Faire du sport tout seul, même avec l’aide d’un spécialiste, ce n’était pas son truc. Par chance, faisant partie de QbD, Martijn sait ce qu’est l’esprit d’équipe. Donc au lieu d’accepter l’échec de sa remise en forme, il s’est dit que le coach serait bien plus utile à l’équipe de QbD. C’est ainsi que depuis lors, chaque lundi, juste avant le lunch, tous les employés peuvent prendre part à une séance de sport intensive. Et Martijn ? Eh bien, il y assiste également, avec une motivation retrouvée…

Pourquoi vous ai-je raconté cette histoire ? Parce qu’elle illustre à la perfection notre manière de faire chez QbB, ainsi que l’importance que nous accordons à la santé physique. Nous avons de bonnes raisons : des études flamandes ont montré que 77 % des employés belges veulent faire plus d’exercice et que quand ils en font régulièrement, ils sont moins souvent en arrêt maladie. Faire de l’exercice – et même juste bouger – stimule la production d’endorphines dans l’organisme, ce qui booste l’énergie et l’assurance tout en créant un sentiment de bonheur au travail. QbD ne serait pas QbD si nous n’avions pas cherché un moyen amusant de le faire ensemble.

Un timing parfait !

Le lundi matin n’est en général pas le moment le plus calme de la semaine pour les travailleurs de QbD du bureau de Wilrijk : souvent, les réunions s’enchaînent durant ces premières heures. Les séances de sport hebdomadaires tombent donc à point nommé pour permettre à tout le monde de souffler un peu.

Un coach personnel de MPC (My Personal Coach) propose pendant une heure des exercices intensifs de cardio et d’équilibre aux participants. Ce n’est pas exactement une promenade de santé : à la fin de ces séances, on peut voir de vraies flaques de sueur sur le sol. Dieu merci, nous avons anticipé l’odeur tenace de la motivation en installant des douches dans notre nouveau bâtiment !

Le mieux de tout, c’est que tout le monde au bureau – moi comprise – adore vraiment y participer avant d’aller manger. Même nos consultants, qui travaillent chez leurs clients la plupart du temps, font en sorte de caser une séance dans leur agenda dès qu’ils en ont l’occasion. C’est ça qui est super : tous les collaborateurs sont libres d’y prendre part, même si ce n’est qu’une fois par mois.

« Mourir ensemble »

Stephanie Verwimp est bel et bien la plus sportive d’entre nous. Elle joue au volley au moins deux fois par semaine et va nager tous les week-ends. Qui plus est, elle est toujours prête à se défouler pendant le bootcamp hebdomadaire, elle est donc la mieux placée pour vous dire à quoi vous attendre !

« Personnellement, j’aime vraiment le côté varié et surprenant des exercices. L’approche personnelle est un autre atout majeur : les coachs connaissent notre nom et prennent toujours le temps de nous donner un feed-back individuel et de corriger nos postures.

L’esprit d’équipe y gagne aussi beaucoup. C’est chouette de faire autre chose que travailler avec vos collègues, c’est aussi pour cette raison que j’apprécie tant les autres activités de teambuilding. J’imagine que le fait de mourir ensemble stimule notre esprit de solidarité.

Mais je ne vais pas vous mentir : je pense que ces séances nous tuent tous un peu. En tout cas, à la première, on était morts ! Je n’ai plus senti mes jambes et mes bras pendant cinq jours, mais ça en valait la peine. Ça reste assurément un défi, même pour ceux qui ont déjà une assez bonne condition. Heureusement, ça devient un peu plus facile après quelques semaines. Donc pas la peine de vous sentir gêné si vous ne faites pas beaucoup d’exercice.

Même si les séances sont assez épuisantes, on reprend toujours le travail reboostés. Et pour ceux qui ont besoin d’une dose supplémentaire d’adrénaline durant le reste de la semaine, nous avons nos propres équipements sportifs (notamment un sac de frappe géant) en bas et on bénéficie même d’une réduction chez MPC ! »